DE | FR
Covid, toujours pas de terrasse

Image: Shutterstock

Cette fois c’est sûr: pas de terrasse avant fin avril

Le Conseil fédéral a tranché: vu la hausse du nombre de cas, aucun assouplissement n’est prévu dès le 22 mars. Ni même avant Pâques. Seul le nombre de personnes, pouvant se réunir en privé, passe de cinq à dix, dès lundi.



On sait enfin ce qu’a décidé le Conseil fédéral aujourd’hui. En clair: ne rien assouplir, ou presque: il autorise les réunions privées jusqu’à 10 personnes, dès ce lundi 22 mars. Oubliez donc de siroter un verre sur une terrasse… Même à Pâques.

Il est par ailleurs recommandé de se faire tester avant toute rencontre.

Ce qu’il est permis ou non, en résumé:

Bild

Voici les raisons que le Conseil fédéral avance:

«Les mesures en vigueur pour lutter contre la pandémie sont prolongées, l’objectif étant de préserver des conditions favorables, nécessaires au bon déroulement de la campagne de vaccination ces prochains mois, et à un assouplissement après Pâques»

Le Conseil fédéral

Le Conseil fédéral propose un modèle en trois phases pour les jours/semaines/mois à venir:

  1. Tant que toutes les personnes vulnérables ne sont pas vaccinées, des indicateurs stricts sont indispensables pour décider des mesures de lutte. Le Conseil fédéral évoque surtout l’incidence sur quatorze jours, qui sera limitée à 350, mais aussi l’occupation des hôpitaux ou le taux de reproduction (valeur Re).
  2. Lorsque toutes les personnes vulnérables seront vaccinées, il serait possible d’assouplir un peu les règles, tout en veillant à garder le contrôle de l’épidémie.
  3. Lorsque toutes les personnes, qui le souhaitent, seront vaccinées, la Suisse pourrait renoncer aux restrictions et aux indicateurs, sauf s’il faut réagir à l’apparition de nouveaux variants.

Plus d'articles «Actu»

Le premier café à chats de Suisse a ouvert (et ils ont tous les droits)

Link zum Artikel

La vie politique lève le voile sur son financement. Voici comment ça marche

Link zum Artikel

4 mois de prison pour le «gifleur» de Macron

Link zum Artikel

Six femmes exploitées sans salaire par des diplomates à Genève

Link zum Artikel

Un ex-élu socialiste veveysan condamné pour gestion déloyale

Lionel Girardin a été condamné à un an de prison avec sursis.

Lionel Girardin a été condamné, mardi à Vevey (VD), à douze mois de prison avec sursis et 40 jours-amende. La justice a estimé que l'ex-municipal socialiste avait bien fait preuve de gestion déloyale en avantageant sa propre société, plutôt que la fondation Apollo.

Pour mémoire, l'ex-municipal socialiste était accusé de gestion déloyale des intérêts publics, subsidiairement gestion déloyale. L'acte d'accusation lui reproche d'avoir empoché 74 000 francs, en favorisant sa propre société …

Lire l’article
Link zum Artikel