DE | FR

Les Suisses à la rescousse pour remplacer les touristes

Des personnes profitent du soleil et de la neige pour faire du ski sur les pistes du domaine skiable ce vendredi 6 avril 2018 a Crans-Montana. Ferme depuis mardi pour cause de divergences financieres avec les communes du Haut-Plateau, le domaine skiable de Crans-Montana Aminona (CMA) en Valais est a nouveau ouvert depuis aujourd'hui jusqu'a la fin de la saison le 15 avril prochain. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

L'absence de touristes étrangers dans les petites stations de ski a été compensée en partie par les Suisses, qui sont allés à la découverte de leur propre pays, tout comme l'été dernier!



Cet hiver, les touristes suisses étaient au rendez-vous sur les pistes valaisannes et vaudoises, compensant une partie des voyageurs étrangers, comme ils l'avaient fait en été. Une aubaine pour les petites stations. Les plus grandes, dépendantes d'une clientèle internationale, finissent parfois sur les dents.

En Valais, comme dans le reste de la Suisse, le tourisme indigène, qui est passé de 52% à plus de 70%, a pu limiter la casse sans pour autant compenser la non-venue des étrangers. Mais les bilans sont très disparates selon les stations, explique le directeur de Valais-Wallis promotion (VWP) Damian Constantin.

Ce sont surtout les grands domaines tournés vers une clientèle plus internationale, comme Zermatt, Verbier ou les Portes du Soleil, qui font les frais des restrictions sanitaires. «Notre chiffre d'affaires et le nombre de passages reculent de 25-30%», indique à Keystone-ATS Enrique Caballero, président du domaine skiable binational situé en partie dans le Chablais.

Fréquentation quasi-normale dans les petites stations

Villars (VD) tire un bilan satisfaisant de cette année particulière. Les skieurs étaient très majoritairement suisses, à environ 85%. Quelques Français et des Belges se sont aussi déplacés dans les Alpes vaudoises. «On a compensé avec la clientèle suisse. Nos clients nous ont dit qu'ils étaient contents de pouvoir sortir de chez eux», a expliqué Christian Dubois, directeur de Télé Villars-Gryon-Les Diablerets. Pour faire respecter les normes Covid, entre 400'000 et 450'000 francs ont été investis. Et 36 personnes supplémentaires ont dû être engagées.

Des petites stations qui s'adressent majoritairement à la clientèle suisse ont, elles, pu atteindre la fréquentation de 2018/2019, dernière saison «normale», voire faire mieux, explique Damian Constantin. Comme durant l'été passé, les Suisses sont allés à la découverte de leur pays. Les destinations familiales comme la Vallée de Conches ou La Fouly-Champex-Lac ont été prisées par les touristes qui cherchaient davantage à fuir les foules et à profiter de la nature et de l'espace.

Le Magic Pass porte bien son nom

Les partenaires du Magic Pass ont enregistré «une baisse de 'seulement' 7.5% par rapport à l’année dernière»

C'est aussi le cas d'Anzère qui a vécu «une très bonne saison», détaille Sébastien Travelletti, président du conseil d'administration de Télé Anzère. «Un miracle» du Magic Pass qui remet les Suisses sur les skis depuis quatre ans et «dont les effets sont bienvenus aujourd'hui durant cette pandémie», souligne celui qui est aussi vice-président de l'administration du sésame qui ouvre les portes de 40 stations de ski.

En ouvrant plus longtemps, celles de haute altitude comme Grimentz-Zinal ou encore Vercorin qui font partie du Magic Pass espèrent aussi pouvoir profiter des clients vaudois et fribourgeois, dont les stations de basse et moyenne altitude sont sur le point de fermer ou l'ont déjà fait. «Chacun fera une pesée des intérêts», conclut Damian Constantin. (ats)

Plus d'articles sur le thème «Economie»

Les loyers reculent partout... sauf en Suisse romande et à Zurich

Link zum Artikel

H&M licencie un millier de personnes en Espagne

Link zum Artikel

L'économie mondiale se relance plus vite que prévu

Link zum Artikel

C'est quoi exactement cette délicate réforme de l'AVS?

Link zum Artikel

Dans le mariage, chacun gagne à payer sa part d'impôts

Link zum Artikel

Amateurs de poissons, méfiez-vous des arnaques!

Link zum Artikel

Le groupe de Zara et Bershka ne vend plus et perd 70% de bénéfices

Link zum Artikel

Lego touche le jackpot grâce aux confinements

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Les croisières de la CGN peuvent à nouveau s'amuser, un peu

Les croisières de la CGN reprennent doucement. La compagnie propose quatre croisières par jour, avant de lancer sa saison printanière.

Après plusieurs mois d'interruption, la société de navigation propose de nouvelles croisières. Imaginées comme des sorties plus courtes que d'habitude, pandémie oblige, voici un petit tour d'horizon:

La CGN espère pouvoir ensuite organiser des croisières à Pâques puis lancer sa saison de printemps, dans toutes les régions du lac Léman. (ats)

Lire l’article
Link zum Artikel