DE | FR
Bild

image: Shutterstock

Et vogue la troisième vague

Alors, c’est maintenant? Nous sommes cernés: Italie, France, Allemagne, Autriche, ça remonte partout et fort, et on commence à reconfiner. La Suisse a peu de chances d’échapper à cette tendance.



1 A-t-elle vraiment commencé en Europe?

Oui. Après des frémissements à la hausse ici et là depuis plusieurs semaines, et de grandes disparités (forte hausse en République tchèque, forte baisse au Portugal), une tendance lourde se dessine depuis le week-end: l’Europe entière se prépare à voir déferler la troisième vague de Covid-19 après celles de mars-avril 2020 et d’octobre 2020 à janvier 2021. Seuls trois pays paraissent pour le moment épargnés: le Royaume-Uni, l’Irlande et le Portugal, les mêmes qui ont subi les assauts du «variant anglais» en janvier et ont sévèrement confiné pour freiner sa progression.

2 Quelle est la situation chez nos voisins?

L’Italie a reconfiné ce lundi, après que les cas avaient bondi de 10% la semaine dernière.

«Je suis conscient que les mesures prises auront un impact sur l’éducation des enfants, sur l’économie, mais aussi sur l’état psychologique de chacun de nous. Mais elles sont nécessaires pour éviter une aggravation qui rendrait inévitables des mesures encore plus dures.»

Mario Draghi, Président du Conseil italien, vendredi 12 mars à Rome

Un autre chef de gouvernement, Giuseppe Conte, avait dit exactement la même chose douze mois plus tôt. Nous vivons en effet un jour sans fin.

En Allemagne, où le taux de contagion avait fortement diminué entre le début de l’année et fin février, la courbe est aussi repartie à la hausse.

«D’après les données dont nous disposons et à cause de la diffusion du variant britannique, nous préconisons très fortement de revenir à un verrouillage dès maintenant pour simplement empêcher une forte troisième vague.»

Christian Karagiannidis, directeur scientifique de l’association allemande des médecins de soins intensifs

Ceci alors que le gouvernement Merkel vient justement… d’assouplir les mesures. «L’extrapolation des tendances montre qu’il faut s’attendre à un nombre de cas supérieurs la première semaine d’avril à ceux de Noël», a prévenu vendredi Lothar Wieler, le chef de l’institut Robert Koch, chargé de la veille épidémiologique.

epa08337073 Medical staff carry a patient infected with the COVID-19 into a medicalised TGV high speed train at the Gare d'Austerlitz train station on April 1, 2020 in Paris, France, as part of the evacuation of 36 patients in two separate medical TGV towards hospitals in western France. (KEYSTONE/EPA/THOMAS SAMSON)

Transit de patient Covid dans un TGV médicalisé à la Gare d'Austerlitz à Paris, 1er avril 2020 Image: EPA AFP POOL

En France, les chiffres en Île-de-France et dans une vingtaine de départements sont particulièrement inquiétants et le bal tragique des transferts de malades vers des hôpitaux de province moins chargés va recommencer. Les images de «TGV médicalisés» servent certes à nourrir l’espace médiatique à un peu plus d’une année de l’élection présidentielle, mais la saturation est réelle. Le président Macron résiste pour l’instant à un nouveau confinement auquel l’enjoignent les épidémiologues. Pour combien de temps?

3 Et en Suisse?

La situation se détériore. Après des semaines de stabilité en «plateau» (pas de hausse, mais plus de baisse), le nombre de cas repart à la hausse. «La situation est inquiétante si l’on regarde le fameux chiffre R, explique Antoine Flahault, directeur de l’Institut de Santé globale à l’Université de Genève. La moyenne suisse est de 1,13; mais elle est de 1,19 dans le canton de Zurich, de 1,21 dans celui du Tessin, et même de 1,34 dans celui de Lucerne. Or dès 1,10 on considère que la courbe est exponentielle. Vous l’avez compris, la situation est intenable.»

Annoncées depuis début janvier – elles sont d’ailleurs la cause de l’extrême prudence du Conseil fédéral – les mutations du Covid-19, comme B.1.1.7 alias «le variant anglais», sont désormais à l’œuvre dans presque 80% des cas d’infection. La question n’est donc plus de savoir si la Suisse pourra échapper à la troisième vague: elle est déjà là. Ce qui semble donner raison à la stratégie défendue depuis de nombreuses semaines par le ministre de la Santé.

«Il n'y a pas de parade miracle face à une pandémie (...) Cela s'apparente plutôt à une catastrophe naturelle qui dure»

Alain Berset sur RTS Info, lundi 15 mars 2021

4 On fait pourtant tout juste, c'est trop injuste...

En résumé, c'est ce que me disait dimanche soir une collègue de watson, où le gel hydroalcoolique coule à flots, et où le port de masques KN-95 n'est pas une mince affaire, dans un sain respect des distances sociales. Et pour obéir au Conseil fédéral, on télétravaille, aussi. Hélas, ce n’est pas suffisant. On l’oublie souvent, mais la lutte contre cette saloperie de le virus se fait désormais sur trois niveaux qui ne s'excluent pas mutuellement:

  1. Mesures d'hygiène
  2. Distanciation sociale
  3. Vaccins
Jusqu'

Dans un premier temps, la seule vaccination ne parviendra pas à freiner la dynamique de l'épidémie Image: sda

Les deux premiers, même parfaitement respectés – ce qui n’est pas toujours le cas, et ce dans un contexte de mobilité bien plus important que lors du premier semi-confinement – ne parviennent pas à freiner complètement la diffusion du virus. D’autant plus que le variant anglais est 50-70% plus contagieux que son prédécesseur, ce qui le rend plus dangereux.

5 Quid de la vaccination?

«Son effet reste modeste sur la contagion, car le nombre de gens vaccinés en Europe est encore trop faible pour que cela ait un impact. Par contre, comme les injections sont très ciblées, c’est une toute une population, disons les plus de 75 ans, qui est désormais soustraite au risque», explique encore Antoine Flahault.

6 Sur le front hospitalier

Conséquence de ce qui précède, les unités de soins intensifs (en France, en Italie) observent un net rajeunissement du profil des patients en réanimation, tendance que l’on n’observe pas encore en Suisse. «La majorité des hospitalisés de cette troisième vague auront moins de 60 ans, et souffriront de formes plus sévères de la maladie, précise Antoine Flahault. Ils vont être sauvés, la mortalité va baisser, mais ce sera plus lourd et plus long. Avec le risque d’une saturation très importante des hôpitaux.»

Pour ceux qui ne l’auraient pas encore compris après une année, c’est la prévention de ce risque qui est la clé de voûte des stratégies sanitaires (restrictions, protections) suivies en Europe.

7 De quoi va dépendre la dynamique du virus?

Selon Simon Cauchemez, modélisateur à l’Institut Pasteur à Paris, la première chose à admettre reste l’imprédictibilité du virus, elle n’est plus à démontrer. Pour cette troisième vague, il faut d’abord savoir que le variant anglais peut rendre l’épidémie encore plus explosive.

«Il y a l’espoir énorme qui vient avec ces vaccins efficaces et sûrs. A terme, ils vont conduire à une réduction importante des hospitalisations»

Simon Cauchemez, Institut Pasteur

«Malheureusement, pour le moment, cet effet positif des vaccins risque de ne pas être suffisant pour compenser dans les deux-trois mois qui viennent l’impact délétère des variants. Et puis il y a le timing, l’intensité et la durée des mesures de contrôle. On voit bien que tout cela constitue une équation très complexe avec de très nombreuses incertitudes. Dans ce contexte, il est illusoire d’essayer de faire des prédictions.»

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Suspension du vaccin Astrazeneca en Europe, on en est où?

En l'espace de quelques heures, l'Allemagne, la France, l'Italie, l'Espagne et le Portugal ont suspendu les vaccinations avec le sérum d'Astrazeneca. La balle est dans le camp de l'Agence européenne du médicament.

Sale temps pour le laboratoire anglo-suédois Astrazeneca, qui fait actuellement face à une pluie de suspensions. Après la Bulgarie, l'Islande, la Norvège, le Danemark, l'Irlande et les Pays-Bas, cinq autres pays ont décidé de mettre sur pause l'administration de son vaccin. On fait le point.

Annoncée par le ministre allemand de la santé Jens Spahn, la décision a été prise suite à l'accumulation d'une forme particulière de thrombose très rare dans les veines cérébrales. Ces cas sont …

Lire l’article
Link zum Artikel