DE | FR

L'Ecosse veut un référendum d'indépendance après la pandémie

Bild

shutterstock

Il reviendrait au gouvernement local de trancher sur la date du scrutin auquel Londres reste fermement opposé.



Le gouvernement écossais a publié lundi son avant-projet de loi pour un nouveau référendum d'indépendance après la pandémie. Le dernier sur la question avait eu lieu en 2014.

Le gouvernement local pense qu'il devrait avoir lieu après la crise sanitaire. La question posée «l'Ecosse doit-elle devenir un pays indépendant?», resterait la même qu'en 2014, où la province britannique avait décidé à 55% de rester au sein du Royaume-Uni.

Indépendantistes déchirés

Mais le Brexit, contre lequel les Ecossais avaient voté à 62% en 2016, a changé la donne et fait pousser des ailes aux velléités d'indépendance.

La cheffe du gouvernement local a assuré le 3 mars avoir agi «de manière appropriée» et jugé «absurdes» les accusations de complot pour l'écarter de la vie publique, formulées par son ancien mentor.

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le nouveau trend en France: envoyer des culottes à Jean Castex

Les magasins de lingerie français sont outrés. Considérés comme des commerces non-essentiels, ils ont dû baisser le rideau. Leur réponse est (attention, jeu de mots)... culottée.

En France, quand on n'est pas content, on sait le faire savoir avec panache: prise de la Bastille, décapitation du roi Louis je-sais-plus-combien, envoi de petites culottes à Jean Castex... Oui, désormais, on se bat à coups d'élastique de strings dans la tronche. «Bonjour Monsieur le Premier ministre, je vous amène le courrier du jour. Voici 337 colis de lingerie, bonne journée Monsieur Castex!».

La France vit en ce moment son troisième confinement, durant lequel le ministre a imposé une …

Lire l’article
Link zum Artikel