DE | FR

L'aéroport français Roissy dans la tourmente, 30 000 emplois menacés

FILE - This June 23, 2011 aerial file photo shows Roissy Charles De Gaulle hub 2, north of Paris. French opposition lawmakers from the right and the left are joining efforts to try to block the government's plan to privatize Paris airports. (AP Photo/Francois Mori, File)

Image: AP

Avec un trafic aérien au ralenti depuis un an, ce sont des dizaines de milliers d’employés de sous-traitants qui seraient concernés. Un mouvement de grève des agents de contrôle est prévu ce vendredi.



Devant l’aéroport Roissy, aucune voiture ne circule. Les chauffeurs de taxi n'attendent plus le client, devenu une denrée rare. Les avions sont, pour la plupart, cloués au sol. A cause de la pandémie, l'activité du premier aéroport de France a pris un sérieux coup dans l'aile. 30 000 emplois seraient menacés.

Au total, 700 entreprises dépendent de l'activité économique de l'aéroport

Sous l'effet du Covid-19, le trafic des aéroports parisiens a subi une chute vertigineuse de 69,4% en 2020. La situation pourrait rapidement se dégrader pour les sous-traitants qui travaillent à l'aéroport. Durant le premier semestre 2021, ce sont 7000 emplois qui sont menacés sur la zone aéroportuaire.

Autour de l'aéroport, le constat est sans appel. La crise sanitaire a mis à l'arrêt l'une des zones les plus dynamiques d'Ile-de-France. Si la lumière des hôtels éclaire toujours le périphérique, ces grandes tours n'hébergent plus personne. Au total, ce sont plus de 80 000 emplois directs qui doivent supporter les conséquences de cette crise sanitaire, sans oublier les milliers d'emplois indirects chez les sous-traitants et les intérimaires.

Dans les communes autour de l’aéroport, Roissy représente un emploi sur trois

Dans les 50 communes qui composent le bassin d'emploi du Grand Roissy-Le Bourget, les maires ne cachent pas leur inquiétude. En 2019, un emploi sur trois dans cette zone était lié à l'aéroport. En Seine-Saint-Denis, par exemple, l'activité de la zone aéroportuaire représente 40% du PIB du département.

«Que leur entreprise profite de la crise sanitaire pour les licencier»

Plusieurs salariés de l’aéroport, interviewés par radio France, partagent la même crainte: «que leur entreprise profite de la crise sanitaire pour les licencier». Il y a aussi la colère pour certains de voir que les deux plus gros employeurs, Air France et le groupe Aéroports de Paris, (réd: qui ont annoncé, eux aussi, des milliers de suppressions d'emplois) reçoivent des aides de l'État et se séparent, malgré tout, d'entreprises sous-traitantes avec qui ils travaillaient depuis des années. (ga)

Plus d'articles sur le thème «Economie»

Les loyers reculent partout... sauf en Suisse romande et à Zurich

Link zum Artikel

H&M licencie un millier de personnes en Espagne

Link zum Artikel

L'économie mondiale se relance plus vite que prévu

Link zum Artikel

C'est quoi exactement cette délicate réforme de l'AVS?

Link zum Artikel

Dans le mariage, chacun gagne à payer sa part d'impôts

Link zum Artikel

Amateurs de poissons, méfiez-vous des arnaques!

Link zum Artikel

Le groupe de Zara et Bershka ne vend plus et perd 70% de bénéfices

Link zum Artikel

Lego touche le jackpot grâce aux confinements

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Tourisme

8 conseils pour préparer ses vacances malgré la pandémie

Besoin d'évasion en Suisse ou ailleurs? Soyez prévenus: prendre des vacances n'a jamais été aussi compliqué... à moins de suivre ces quelques conseils.

La recommandation du Conseil fédéral est très claire: il faut renoncer aux voyages non urgents à l’étranger. Bien que les derniers chiffres d'HotellerieSuisse démontrent des pertes colossales du chiffre d'affaires dans le secteur, les Suisses se sont rués, cet hiver, sur les hôtels spa, qui détiennent parfois des bains thermaux. Souvent situés dans les régions de montagne, ils affichent la plupart du temps «complets» pour les week-ends des mois de mars, avril et mai. Les …

Lire l’article
Link zum Artikel