DE | FR

Au lendemain du «non» à la loi CO2, la présidente du PLR démissionne

Die FDP Parteipraesientin Petra Goessi nach ihrer Wiederwahl zur FDP Praesidentin anlaesslich der Delegiertenversammlung der FDP Schweiz vom Samstag, 24. Maerz 2018 im Casino Zug. (KEYSTONE/Urs Flueeler)

Image: KEYSTONE

La conseillère nationale Petra Gössi (SZ) vient d'annoncer sa démission de la présidence du PLR. L'élue souhaite se concentrer davantage sur sa carrière. Le parti annonce vouloir en profiter pour se relancer en vue des élections fédérales 2023.



L'annonce a été faite lundi sur Twitter: Petra Gössi va démissionner de ses fonctions à la tête du Parti Libéral Radical (PLR). Cette décision, qui prendra effet à la fin de l'année, laisse du temps au parti pour organiser sa succession.

Entrée au Conseil national en 2011, Petra Gössi y est membre de la commission de l'économie et des redevances. Elle est juriste au sein d'une entreprise de gestion de fortune et conseil à Zurich.

La loi sur le CO2 en question:

Présidente du PLR depuis plus de cinq ans, Petra Gössi démissionne au lendemain du rejet de la loi sur le CO2 par le peuple. De nombreux reproches ont été faits au parti, notamment de ne pas s'être suffisamment engagé en faveur de l'objet.

Malgré ces exigences, la base ne semble pas avoir suivi l'appel des instances dirigeantes du parti en faveur de la loi CO2. Le résultat de la votation a montré que personne n'est contre la politique environnementale, relève Petra Gössi dans une vidéo publiée sur Twitter: «Nous avons maintenant la possibilité de rassembler les différents courants sous une nouvelle direction».

Une nouvelle stratégie pour le parti:

Le PLR voit dans le départ de la présidente le moyen de relancer sa stratégie en vue des élections fédérales de 2023:

«Il reste suffisamment de temps pour préparer le scrutin de manière optimale et présenter de nouveaux visages et idées»

Communiqué du PLR

Le parti compte mener une politique environnementale et climatique libérale, en continuant d'impliquer la base, tout en souhaitant aborder les questions suivantes:

La recherche du successeur de Petra Gössi sera lancée prochainement. Le PLR va réunir un comité de sélection à cet effet. (ats)

Ce 14 juin, elles dénoncent le sexisme en politique

Plus d'articles «Actu»

Aux Pays-Bas, le journaliste blessé par balles est décédé

Link zum Artikel

En Norvège, ne pas signaler ses retouches sur Insta peut coûter cher

Link zum Artikel

Droits LGBT: l'UE menace la Pologne et la Hongrie

Link zum Artikel

La pluie, c'est nul mais ça inspire de belles chansons! En voici 9

Link zum Artikel

Analyse

La Question jurassienne est à présent une question bernoise

Depuis la perte de Moutier dimanche, le Jura bernois dépend plus que jamais du bon vouloir du canton de Berne. Celui-ci doit trouver sans tarder un avenir sûr à sa minorité francophone dans un ensemble germanophone qui risque un jour de l'englober.

Et maintenant, que faire? Que faire de ce Jura bernois amputé de Moutier? La perte de la cité prévôtoise, dimanche, dans les urnes, oblige le canton de Berne à faire preuve d’imagination pour la suite. L’heure doit être à la gamberge chez un certain nombre de Jurassiens bernois, dépossédés de la seule commune qui avait le poids d'une ville avec toute son histoire.

Berne, très vite, va devoir élaborer un nouveau récit. Premièrement, pour rassurer ceux de sa minorité francophone se sentant …

Lire l’article
Link zum Artikel